ar Arabe fr Français
Flash Infos

A Mossoul, l’Etat islamique impose sa « politique éducative »

Des partisans de l’Etat islamique à Mossoul, lors de la prise de la ville, en juin 2014.

Refoulé par les milices chiites, contenu par les forces kurdes avec l’appui aérien de la coalition internationale, mais toujours capable de mener des attaques dévastatrices dans le nord de l’Irak, l’Etat islamique (EI) poursuit son projet totalitaire dans les territoires placés sous son contrôle. Tandis que les réfugiés sunnites chassés par les frappes et les combats affluent des régions dominées par les djihadistes et livrent de nouveaux récits sur la terreur mise en place par le califat autoproclamé, arrivent de Mossoul des nouvelles d’une autre guerre, celle que l’EI mène à la culture.

Le 31 janvier, l’agence Associated Press (AP) rapportait les témoignages anonymes d’habitants de la deuxième ville irakienne, devenue capitale de l’EI en juin 2014, selon lesquels les djihadistes auraient expurgé, courant janvier, le fonds de la bibliothèque centrale et de la bibliothèque de l’université de Mossoul de volumes jugés non conformes à l’islam pour en brûler publiquement une partie. Epargnant les ouvrages de théologie islamique considérés comme conformes à leur interprétation de la religion, les djihadistes auraient visé en particulier les livres de philosophie, de sciences et de poésie ainsi que, d’après AP, les albums pour enfants, également jugés subversifs.

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*