ar Arabe fr Français
Flash Infos

Forbes-Mondial 2026: pourquoi la candidature du Maroc n’inquiète pas les américains

©DR

L’annonce officielle faite le 11 août par la Fédération royale marocaine de football (FRMF) du dépôt de la candidature du Royaume pour accueillir le mondial 2026 a été très commentée par les médias internationaux. Le magazine américain Forbesa publié un article signé par le journaliste sportif américain, Filip Bondy. Il estime que face à la candidature des USA, du Canada et du Mexique, les chances du Maroc sont minces, même si le pays peut compter sur le soutien du continent africain. Une rude bataille de communication et de lobbying commence.

« Selon la plupart des normes logistiques, le Maroc, classé au 60ème rang mondial dans le PIB, n’est pas prêt à organiser une Coupe du monde en 2026 pour un champ élargi de 48 nations.

L’infrastructure du pays africain, ses stades et ses garanties financières ne sont pas tout à fait là. Mais rappelons que la FIFA a décerné le tournoi 2022 au Qatar qui est une monarchie et compte moins de 3 millions d’habitants…On ne sait  jamais ce qui se passer.

L’annonce-surprise que le Maroc a l’intention de se présenter à l’organisation de la Coupe du Monde 2026 n’a pas secoué les responsables du football aux Etats-Unis, au Mexique et au Canada. Au lieu de cela, cela a renforcé la détermination du groupe « Uni » en Amérique du Nord.

Les deux groupes rivaux pour la candidature ne sont pas tenus de soumettre leur proposition finale avant le 16 mars 2018. Réagissant à la démarche du Maroc, le président du football américain, Sunil Gulati, a cependant annoncé que le comité des offres unies fournirait la semaine prochaine « une mise à jour sur le nombre de villes qui souhaitent faire partie de la Coupe du monde en 2026 dans les trois pays « .

« Nous avons toujours été préparés face à d’autres pays qui pourraient également décider de faire une offre pour abriter la Coupe du monde de la FIFA 2026, a déclaré Gulati. La compétition est bonne et, dans l’ensemble, elle montre la valeur et l’importance de la Coupe du monde. Au cours des huit prochains mois, nous avons beaucoup de travail à faire. Nous allons maintenant entrer en plein mouvement avec notre équipe à New York, en collaboration avec nos partenaires au Canada et au Mexique.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles l’offre de l’Amérique du Nord reste la grande favorite, et seulement quelques arguments pour lesquels le Maroc pourrait tirer partie de la plus grande enchère de tous les temps.

Les arguments du groupe Uni:

Tout d’abord, les stades de plus de 50.000 sièges sont déjà en place pour gérer 16 groupes du premier tour composés de trois équipes chacune.

Il y a plus que de grandes villes en Amérique, au Canada et au Mexique (au moins 30) qui peuvent garantir de fortes affluences du public  pour ce qui équivaut à 80 rencontres  (60 d’entre elles devraient être disputées  sur le sol américain).

Les accords de commercialisation entre les fédérations des Etats-Unis et du Mexique, par le biais du Soccer United Marketing (SUM), assurent une coopération harmonieuse pendant les phases de planification, et des bénéfices considérables pour la FIFA.

L’Amérique du Nord n’a pas organisé une Coupe du monde masculine depuis 1994, alors que l’Afrique en a accueilli une un peu plus récemment (Afrique du Sud, 2010).

Le comité des Etats-Unis, bien placé, est bien organisé et a probablement le soutien au vote des délégués sud-américains de la FIFA.

Les arguments pour une offre réussie du Maroc sont plus minces:

Le facteur Donald Trump. Bien que Trump ne soit pas président en 2026, on craint que son impopularité actuelle à l’étranger et ses préoccupations concernant l’acquisition de visas pour entrer aux  Etats-Unis puissent corrompre l’offre. L’inclusion du Mexique, cependant, semble nuire à la grande volonté potentielle.

Le facteur de qui ce que décidera la FIFA. Dans le passé, les blocs de vote se sont révélés imprévisibles. Le Maroc aura certainement le soutien des délégués africains.

Dans l’ensemble, il est difficile de croire que le Maroc sera pris au sérieux cette fois-ci. Il est probable que les responsables marocains du football le savent aussi et se contentent de faire savoir qu’ils veulent être les prochains hôtes désignés d’Afrique, même si cela ne se produit pas avant 2038 ou au-delà.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Opinion

Sports

Trouver Nous Sur FaceBook

Horaire de la prière

La Mètèo

Météo Kenitra © meteocity.com

Notre Chaîne sur Youtube

Flickr